VIVRE HEUREUX AVEC LES AUTRES

Malgré des qualités humaines qui devraient, a priori, favoriser leurs relations (ouverture d’esprit, altruisme, bienveillance, empathie, intégrité, fidélité, loyauté, qualités d’écoute), les jeunes surdoués expérimentent souvent un relationnel difficile avec leur entourage, entre inadaptation sociale et « faire-semblant » pour s’intégrer malgré tout.

 

Et ce, pour plusieurs raisons, toutes liées à leur différence :
 

1/ Leur idéalisme et leur impossibilité d’y renoncer, leur système de valeurs très solide, leur sens inné de la justice, leur intégrité rend souvent leurs amitiés compliquées.
 

2/ Leur caractère excessif et leur méconnaissance de certains implicites sociaux les amène à faire des gaffes sociales. Par exemple, leur manie de traiter d’égal à égal tous les êtres humains peut leur occasionner des ennuis avec l’autorité ou leur hiérarchie (surtout si leur niveau d’exigence est supérieur) 

 

3/ Plus globalement, l'originalité de leur pensée, leur décalage, leur fonctionnement cognitif différent et leur humour particulier les isolent souvent :

  • Ils ne se sentent pas compris et perçoivent toujours une distance avec les autres, et des intérêts différents

  • Ils ne sont pas compris, pas valorisés pour ce qu’ils sont, voire pas accepté quand pas harcelés : l’entourage renvoie leur anormalité ou leur bizarrerie 

Ainsi l’adolescent HPI a du mal à s’identifier aux autres à un moment où, pourtant, l’appartenance au groupe est importante. 

Les risques à terme pour le jeune HPI :

  • Mauvaise construction de l’estime de soi parce que ses qualités ne sont pas reconnues

  • Risque de repli sur soi (parfois masque d’arrogance), solitude choisie, refuge dans un monde parallèle qui correspond à leurs valeurs et lui permet d’être lui-même (parfois une passion)

  • Risque de phobie scolaire, voire de décrochage

  • Remise en question de la norme ou de l'autorité dans lesquelles il ne se retrouve pas

  • Peur du rejet et de l’abandon 

  • Stratégies d’adaptation : construction d’un « faux self », car le jeune HPI étouffe son vrai Moi pour répondre aux attentes extérieures

  • Sentiment de vide et d’imposture